Evaluation of the Economic Cost Caused by the Rejection of Blood Bags for HIV Seroconversion from Regular Donations to the CNTS in Abidjan from January 2018 to December 2020 (Cote D’ivoire)

Advertisements

By Konan, S; Legbedji, K A; N’Guessan, K; Kabore, S; Kouamenan, S; Konate, S; Tiembre, I; Sekongo, YM (2022).

Article views count

 479 total views,  75 views today

Greener Journal of Epidemiology and Public Health

ISSN: 2354-2381

Vol. 10(1), pp. 1-6, 2022

Copyright ©2022, the copyright of this article is retained by the author(s)

https://gjournals.org/GJEPH

C:\Users\user\Documents\GJOURNALS\websites\GJEPH\images\object475777490.png

Title in English

Evaluation of the Economic Cost Caused by the Rejection of Blood Bags for HIV Seroconversion from Regular Donations to the CNTS in Abidjan from January 2018 to December 2020 (Cote D’ivoire)

Title in French

Evaluation Du Cout Economique Occasionne Par Le Rejet Des Poches De Sang Pour Seroconversion Vih Des Dons Reguliers Au CNTS D’Abidjan De Janvier 2018 A Decembre 2020 (Cote D’ivoire)

 

Konan Sidoine¹*, Legbedji K A¹, N’Guessan K², Kabore S¹, Kouamenan S¹, Konate S¹, Tiembre I², Sekongo Y M¹

 

  1. Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) d’Abidjan
  2. Institut National d’Hygiène Publique (INHP)

 

ARTICLE INFO ABSTRACT
Article No.:072122070

Type: Research

Full Text: PDF, HTML, PHP, EPUB

ABSTRACT (ENGLISH)

Context: The objective of this study is to evaluate the economic cost of production, caused by the rejection of blood bags for the various biological markers (Hepatitis B, Hepatitis C, HIV, Syphilis) for blood donation in general and in particular that caused by regular HIV positive donations, from January 2018 to December 2020.

Methods: This is a three-year retrospective study from January 2018 to December 2019. The study involved voluntary blood donors. During this period, 469863 blood bags were collected. The data was extracted from the CNTS medical-technical software and the calculations were made by Excel 2010.

Results: In general, the number of bags retained over the three years, 366,293 (77.96%) was greater than that of bags rejected, 103,579 (22.04%). Hepatitis B was the main cause of rejection in general with a prevalence of 65.5‰ of bags collected over the three years and an estimated economic cost of 1542550000 FCFA, or eight 8 times that of HIV (202500000 FCFA), 4 times that of hepatitis C (447150000 FCFA and 40 times that of syphilis (37700000 FCFA). The cost caused by the rejection of donations for HIV was higher for new donations (131850000 FCFA) than for regular donations (70650000 F CFA) during these three years. In short, the financial loss of the rejection of blood bags for HIV positive among regular donors, 70650000 FCFA, was much lower than that of the cost of production of the bags collected during the last three years with 23493150000 FCFA.

Conclusion: the awareness of regular blood donors should be increased so that the financial loss caused by their seroconversion to HIV is used for the activities of the CNTS, among other blood donation awareness campaigns.

RÉSUMÉ (FRENCH)

Contexte : L’objectif de cette étude est d’évaluer le cout économique de production, occasionné par le rejet des poches de sang pour les différents marqueurs biologiques (Hépatite B, Hépatite C, VIH, Syphilis) pour le don de sang en général et en particulier celui occasionné par les dons réguliers VIH positif, de Janvier 2018 à Décembre 2020.

Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective trisannuelle allant de janvier 2018 à décembre 2019. L’étude a porté sur des donneurs de sang bénévoles volontaires. Durant cette période, 469863 poches de sang ont été collectées. Les données ont été extraites du logiciel medico-technique du CNTS et les calculs ont été effectués par Excel 2010.

Résultat : De façon générale, le nombre de poches retenues sur les trois années, 366293 (77,96%) était supérieur à celui des poches rejetées, 103579 (22,04%). L’hépatite B était la principale cause de rejet de façon générale avec une prévalence 65,5‰ des poches collectées ces trois années et un coût économique estimé à 1542550000 de F CFA soit huit 8 fois celui du VIH (202500000 FCFA), 4 fois celui de l’hépatite C (447150000 FCFA et 40 fois celui de la syphilis (37700000 F CFA). Le coût occasionné par le rejet des dons pour le VIH était plus important pour les nouveaux dons (131850000 FCFA) que pour les dons réguliers (70650000 F CFA) durant ces trois années. En somme, la déperdition financière du rejet des poches de sang pour VIH positif chez les donneurs réguliers soit 70650000FCFA, était très inférieure à celle du coût de production des poches collectées durant ces trois dernières années avec 23493150000 FCFA.

Conclusion : la sensibilisation des donneurs de sang réguliers devra être plus accrue afin que la déperdition financière occasionnée par la séroconversion au VIH de ces derniers, soit utilisée pour les activités du CNTS entre autre les campagnes de sensibilisations au don de sang.

Accepted: 29/07/2022

Published: 21/09/2022

*Corresponding Author

Konan Sidoine

E-mail: konasidoi@ yahoo.fr

Phone:(+225)0749033471

Keywords: Cost, blood bags, HIV seroconversion, regular blood donors, Côte d’Ivoire.

Mots clés : Coût, poches de sang, Séroconversion VIH, donneurs de sang réguliers, Côte d’Ivoire.

Abbreviations

CNTS : Centre National de Transfusion Sanguine

HCV : Hepatitis Viral C

HBS : Hepatitis Viral B

   

INTRODUCTION

Le Centre National de Transfusion sanguine(CNTS) est le seul établissement en Côte d’Ivoire habilite à collecter, traiter et distribuer le sang.

Le CNTS de Côte d’Ivoire a collecté respectivement 158.539 poches de sang en 2018 ; 159551 poches de sang en 2019 et 151.773 de poches en 2020. Toutes les poches collectées par le CNTS font l’objet d’analyses biologiques à savoir la recherche d’AgHbs, d’Anticorps Anti HCV, de la syphilis et la recherche du groupe sanguin. Le cout unitaire de production d’une poche de sang est estimé environ à 50000f [1] en tenant compte des différentes analyses sérologiques, du prix de la poche à sang (poche vide), et de la conservation de la poche de sang.

Au plan National en 2018, 70634 poches de sang ont été rejettes dont 1210 pour VIH positif ; en 2019, 18440 poches de sang ont rejetées dont 1743 pour VIH et 2020, 144961 Poches de sang ont rejetées dont 1097 pour VIH La politique du CNTS pour avoir du sang de bonne qualité se base sur la sensibilisation des donneurs de sang réguliers dans le but de les fidéliser. Ainsi La séroconversion au VIH des dons réguliers a un impact sur la déperdition financière occasionné par le rejet des poches de sang.Il est vrai que le gain qualitatif est plus élevé, car toutes les poches prélevées sont testées ; conformément aux normes de l’OMS [2].

En effet l’OMS recommande un dépistage obligatoire pour le VIH, l’Hépatite B, l’hépatite C et la syphilis [2]. Cependant si l’ensemble des poches testées étaient distribuées, cela serait plus bénéfique en termes de bénéfice économique et sanitaire pour le CNTS, de même que pour la nation Ivoirienne.

L’objectif de cette étude est d’évaluer le cout économique de production, occasionné par le rejet des poches de sang pour les différents marqueurs biologiques (Hépatite B, Hépatite C, VIH, Syphilis) pour le don de sang en général et en particulier celui occasionné par les dons réguliers VIH positif, de Janvier 2018 à Décembre 2020.

MATERIELS ET METHODES

Cette étude s’est déroulé au Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) d’Abidjan. Il s’agit d’une étude rétrospective concernant la période allant de Janvier 2018 à Décembre 2020, qui a concerné les donneurs de sang bénévoles et volontaires au plan National. Les critères du don de sang étaient les suivants : être volontaire, être en bonne santé apparente, être âgé de 18 à 65 ans et peser au moins 50 kg.

Apres le don de sang, des analyses biologiques ont été réalisées sur des échantillons acheminées au CNTS. Ces analyses ont concernées le test de dépistage du VIH par la technique Elisa avec le réactif diapro ; la sérologie HCV par la technique Elisa avec le réactif diapro et Anticorps HCV (Biorad) ; la sérologie HBS par la technique Elisa avec le réactif diapro ; la sérologie syphilitique avec le VDRL-charbon et le groupe sanguin ABO Rhésus.

A partir des données extraites du logiciel medico-technique du CNTS, concernant la période allant de Janvier 2018 à Décembre 2020, le nombre de poches testées, retenues et rejetées après analyses biologiques au laboratoire a été déterminé en fonction du nombre de poches collectées par an. Puis le cout financier global de production des poches de sang par an et celui des poches rejetées par an par marqueur biologique a été évalué. Par la suite, à partir du cout financier occasionné par le rejet des poches pour VIH positif, celui occasionné par le rejet des dons réguliers pour VIH a été déterminé. Les calculs ont été effectués par Excel.

RESULTATS

 

Figure 1 : Répartition des poches en fonction des résultats du laboratoire par année

De façon générale, le nombre de poches retenues sur les trois années, 366293 (77,96%) était supérieur à celui des poches rejetées, 103579 (22,04%).

Tableau 1. Répartition des poches de poches retenues en fonction du Coût économique

Année Poches collectées Coût de production

(Coût unitaire 50000 F CFA)

2018 158539 7 926 950 000 FCFA
2019 159551 7 977 550 000 FCFA
2020 151773 7 588 650 000 FCFA

Le coût économique de production des poches était le plus élevé en 2019 avec 7977550000 FCFA.

Tableau 2. Répartition des poches rejetées en fonction des marqueurs sérologiques et du Coût économique (Coût unitaire de production 50000 FCFA)

  Année 2018 Année 2019 Année 2020 Total global
Nombre total de dons collectés 158539 159551 151773 469863
Nombre de dons rejetés VIH positif

prévalence (‰)

1210

(7,6 ‰)

1743

(10,9 ‰)

1097

(7,2‰)

4050

(8,6‰)

Coût rejet poche VIH Positif 60500000 FCFA 87150000

FCFA

54850000

FCFA

202500000

FCFA

Nombre de dons VHC positifs

prévalence (‰)

3473

(21,9‰)

2698

(16,9 ‰)

2772

(18,3‰)

8943

(19‰)

Coût rejet poche Hépatite C Positif 173650000 FCFA 134900000

FCFA

138600000

FCFA

447150000

FCFA

Nombre de dons VHB positifs prévalence (‰) 11010

(69,4‰)

10696

(67‰)

9145

(60,2‰)

30851

(65,5‰)

Coût rejet poche VHB Positif 550500000 FCFA 534800000

FCFA

457250000

FCFA

1542550000

FCFA

Nombre de dons VDRL positifs

Prévalence (‰)

312

(1,9‰)

220

(1,3‰)

222

(1,4‰)

754

(1,6‰)

Coût rejet poches VDRL Positif 15600000 FCFA 11000000

FCFA

11100000

FCFA

37700000

FCFA

Le coût de rejet des poches pour hépatite B durant ces trois années était le plus élevé parmi les marqueurs biologiques de 1542550000 de F CFA soit huit 8 fois celui du VIH (202500000 FCFA), 4 fois celui de l’hépatite C (447150000 FCFA et 40 fois celui de la syphilis (37700000 F CFA).

Tableau 3. Répartition des rejets pour VIH en fonction du type de dons par année au plan National

  Année 2018 Année 2019 Année 2020 Total
Nombre total de dons collectés 158539 159551 151773 469863
Nouveaux dons VIH négatif 62752 63752 63013 189517
Dons réguliers VIH négatif 94577 94056 87663 276296
Nouveaux dons VIH positif 797 1120 720 2637
Prévalence

Nouveaux Dons VIH positif

5‰ 7,01‰ 4,74‰ 16,75‰
Dons réguliers VIH positif 413 623 377 1413
Prévalence Dons réguliers VIH positif 2,6‰ 3,90‰ 2,48‰ 8,98‰

La prévalence pour VIH positif des nouveaux dons était plus élevée durant ces trois années avec 16,75‰ contre 8,98‰ pour les dons réguliers.

Tableau 4. Estimation du coût économique des rejets des poches pour VIH positif selon le type de dons par an au plan National

  Année 2018 Année 2019 Année 2020 Total
Nouveaux dons VIH Positif 797 1120 720 2637
Coût économique 39850000

FCFA

56000000

FCFA

36000000

FCFA

131850000

FCFA

Dons réguliers VIH Positif 413 623 377 1413
Coût économique 20650000

FCFA

31150000

FCFA

18850000

FCFA

70650000

FCFA

Le coût économique occasionné par le rejet des nouveaux dons VIH positif (131850000 FCFA) était environ 2 fois supérieur à celui des dons réguliers avec 70650000 F CFA pour ce bilan trisannuel.

DISCUSSION

Après traitement au laboratoire, selon le critère de qualification biologique on note une augmentation régulière du nombre de poches de sang retenues au fil des années. Ainsi, le nombre de poches retenues (55,44%) était légèrement plus élevé que le nombre de poches rejetées (44,5%) de l’ensemble des dons après qualification biologique en 2018; puis pour l’année 2019, le nombre de poches retenues (88,5%) était également plus élevé, que le nombre de poches rejetées (11,5%) et enfin pour l’année 2020, le nombre de poches retenues(89,45%) après qualification biologique, était largement plus élevé que celui des poches rejetées(10,55%).

En somme, le nombre de poches rejetées, évolue de façon décroissante, témoignant d’une meilleure sélection médicale des donneurs de sang, de la part de l’équipe du CNTS.

Il faut également noter que le nombre de poches retenues sur les trois années, 366293 (77,96%) était supérieur à celui des poches rejetées, 103579 (22,04%). Aussi, le coût économique de production des poches collectées était le plus élevé en 2019 avec 7977550000 FCFA.

Concernant le coût financier du rejet des dons par marqueurs biologiques, celui de l’hépatite B durant ces trois années, était le plus élevé avec 1542550000 de F CFA soit huit 8 fois celui du VIH (202500000 FCFA), 4 fois celui de l’hépatite C (447150000 FCFA et 40 fois celui de la syphilis (37700000 F CFA).

Dans cette étude, la prévalence de l’hépatite B était de 65,5‰. Ce taux était inférieur à celui de Ymele et al.[3] au Cameroun avec 121,4‰ pour l’hépatite B en 2012 et superposable à celui de Tessema en Ethiopie en 2010 avec 47‰[4]. Il diffère de celui de Zou S. et al. [5] en 2012 aux Etats Unis avec 0,078‰ et de celui de Josiane Pillonel et al. [6] en 2018, qui retrouvait un taux faible de dons positif de l’ordre de 0,47‰ pour l’hépatite B au cours d’une étude sur la surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France de 1992 à 2018. Il faut noter que le taux de l’hépatite B, quoique faible par rapport à celui retrouvé dans la présente étude, était en tête des causes de positivité des marqueurs en France pour le don de sang en 2018. Ce faible taux pourrait s’expliquer par le fait que la France soit un pays développé ainsi l’accent est plus mis sur la prévention des maladies. Aussi selon Berrajah en 2004[7], 300 millions de personnes étaient des porteurs chroniques pour l’hépatite B dans le monde. Il serait intéressant que le CNTS sensibilise les donneurs de sang sur la prévention de l’hépatite virale B par la vaccination.

Concernant la répartition des rejets pour VIH en fonction du type de dons en 2018 au plan National, Le taux pour VIH positif des nouveaux dons était plus élevé durant ces trois années avec 16,75‰ contre 8,98‰ pour les dons réguliers. Cela pourrait s’expliquer par le fait que ce soit des nouveaux candidats au don de sang donc n’ayant pas encore bénéficié de la politique de sensibilisation habituelle contre le VIH, des donneurs de sang par le CNTS.

Ce résultat est superposable à celui de Josiane Pillonel et al. [6] en 2018, qui retrouvait un taux de positivité de 0,36‰ pour les nouveaux donneurs contre 0,04‰ pour les donneurs connus, au cours d’une étude sur la surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France de 1992 à 2018.

Par contre il diffère de celui de koumpingnin[8] en 1997, qui relevait au cours d’une étude au Burkina faso sur la sero-épidémiologie des virus de l’immunodéficience humaine (VIH), de l’hépatite B (Aghbs), de la syphilis chez les donneurs de sang, une prévalence du VIH qui était plus élevée, chez les donneurs réguliers pour l’ensemble des dons avec 14,2% des cas que celle des dons provenant des nouveaux donneurs avec 4,6% des cas. La différence était statistiquement significative.

Il a été également relevé dans notre étude au cours de ce bilan trisannuel, une prévalence de l’hépatite C de 19‰, du VIH de 8,6‰ et de 1,6‰ pour la syphilis.

Concernant l’estimation du coût économique du rejet des poches pour VIH positif selon le type de dons par an au plan National, celui occasionné par le rejet des nouveaux dons VIH positif (131850000 FCFA) était environ 2 fois supérieur à celui des dons réguliers avec 70650000 F CFA. En somme, la déperdition financière du rejet des poches de sang pour VIH positif chez les donneurs réguliers soit 70650000FCFA, était très inférieure à celle du cout de production des poches collectées durant ces trois dernières années avec 23493150000 FCFA. Ce gap constitue néanmoins une perte financière importante. Ce montant aurait pu être utilisé pour d’autres activités du CNTS qui sont entre autre les campagnes de sensibilisation au don de sang en général, dans le but de l’atteinte de l’autosuffisance en produits sanguins en Côte d’Ivoire. La sensibilisation des donneurs de sang réguliers devra être accrue afin de prévenir la séroconversion au VIH de ces derniers.

CONCLUSION

Au terme de cette étude, il ressort que le nombre de poches retenues après analyses biologiques était plus élevé que celui des poches rejetées durant ce bilan trisannuel (2018, 2019, 2020) de façon générale. Aussi, le nombre de poches rejetées était en décroissance. Entre autre, l’hépatite B était la principale cause de rejet des poches de sang. Par ailleurs, le coût occasionné par le rejet des dons pour le VIH était plus important pour les nouveaux dons que pour les dons réguliers durant ce bilan. De ce fait, la sensibilisation des donneurs de sang réguliers devra être plus accrue afin que la déperdition financière occasionnée par la séroconversion au VIH de ces derniers, soit utilisée pour les activités du CNTS entre autre les campagnes de sensibilisations au don de sang.

INTERETS CONCURENTS

Pas de conflit d’intérêt.

CONTRIBUTION DES AUTEURS

Tous les auteurs cités ont contribués soit à la collecte des données, soit à la rédaction de l’article.

REMERCIEMENTS

Nos remerciements vont en l’endroit du Directeur du Centre National de Transfusion Sanguine d’Abidjan Côte d’Ivoire.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Dr. Tchimou (CNTS): “voici les vrais prix des poches de sang … Du 25 mai 2016 consulté le 05 Mai 2022 Disponible sur https://www.linfodrome.com › sante › 27059-nous-rent…

2. Dons du sang et sécurité des transfusions- WHO—world Health Organization du 10 juin 2020 consulté le 05 Mai 2022. Disponible sur https :www.who.int<…< Détail

3. FouelifackYmele F, Keugoung B, HortenseFouedjio J, Kouam N, Mendibi S, DongtsaMabou J. High Rates of Hepatitis B and C and HIV Infections among Blood Donors in Cameroon: A Proposed Blood Screening Algorithm for Blood Donors in Resource-Limited Settings. J Blood Transfus.2012;2012:458372. [Article PMC gratuit] [PubMed] [Google Scholar]

4. Tessema B, Yismaw G, Kassu A, Amsalu A, Mulu A, Emmrich F, Sack U. Seroprevalence of HIV, HBV, HCV and syphilis infections among blood donors at Gondar University Teaching Hospital, Northwest Ethiopia: declining trends over a period of five years. J Infect Dis. 2010;10:111. [Article PMC gratuit] [PubMed] [Google Scholar

5. Zou S, Stramer SL, Dodd R Y. Donor Testing and Risk: Current Prevalence, Incidence, and Residual Risk of Transfusion-Transmissible Agents in US Allogeneic Donations. Transfus Med Rev. 2012;26(2):119–28. [PubMed] [Google Scholar]

6. Pillonel J. et al. (1991).Le dépistage du VIH et de la syphilis dans les établissements de transfusion sanguine. Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire 1991, 14 : 55-58.6

7. L. FkiBerrajah, H. Karray Hakim. Les virus transmissibles par le sang. J.I.M. Sfax Vol.1 N°5/6 ; Dec03/Mars 04 : 9-14.Disponible sur www.medecinesfax.org consulté le 08 :10 :2021

8. koumpingnin Y N (1997). Seroepidemiologie des virus de l’immunodéficience humaine (VIH), de l’hépatite b(VHB), de la syphilis chez les donneurs de sang et impact de la prescription des produits sanguins sur la sécurité de la transfusion au centre hospitalier sourousanou bobo dioulasso (Burkina Faso) .thèse doctorat en méd. n°18 année 1997.

Cite this Article: Konan, S; Legbedji, K A; N’Guessan, K; Kabore, S; Kouamenan, S; Konate, S; Tiembre, I; Sekongo, YM (2022). Evaluation of the Economic Cost Caused by the Rejection of Blood Bags for HIV Seroconversion from Regular Donations to the CNTS in Abidjan from January 2018 to December 2020 (Cote D’ivoire). Greener Journal of Epidemiology and Public Health, 10(1): 1-6.

PDF VIEWER

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Download

.

 477 total views,  73 views today

Leave a Reply

Your email address will not be published.